Menu
Crédit image : malagnou.noblogs.org

Contre les menaces d’expulsion et les manœuvres de division: défendons le droit au logement et les droits des migrant.e.s!

26 janvier 2017 • Antiracisme, Communiqués, Dans l'agenda, Economie, Home, Migration, Suisse

Share Button

Déclaration de soutien aux habitant.e.s du 154 route de Malagnou (GE)

La Gauche anticapitaliste affirme son soutien à la lutte collective menée par les habitant.e.s de la rue de Malagnou 154 à Genève, qui résident depuis 2012 sur le site de l’ancienne station zoologique de l’Université à Chêne-Bougeries, et se trouvent menacés d’expulsion, sommés de partir en juin 2017.

Il est en premier lieu inadmissible de la part des autorités genevoises – et en particulier de Serge Dal Busco, conseiller d’Etat démocrate-chrétien en charge du Département des finances – d’expulser de leur logement des étudiant.e.s. Au vu des loyers exorbitants pratiqués à Genève – qui profitent aux grandes régies immobilières de la ville – cette mesure représente une attaque grave contre le droit aux études et au logement des étudiant.e.s qui vivent à Malagnou.

La Gauche anticapitaliste dénonce en second lieu la stratégie des autorités genevoises d’opposer des étudiant.e.s aux personnes en exil sur la question délicate du logement, en prétendant que l’expulsion des habitant.e.s de Malagnou est justifiée par la nécessité pour les Hospices cantonaux d’y héberger des requérant.e.s d’asile. Cette stratégie montre, d’une part, la mauvaise foi de l’Etat qui trouve là un prétexte pour s’attaquer aux espaces de liberté et aux milieux alternatifs. Comme l’ont montré les membres du collectif Xénope, il existe de nombreux logements étatiques disponibles mais laissés vacants. L’Etat de Genève fait donc sciemment le choix de mettre des gens dehors d’une habitation plutôt que de rénover les infrastructures existantes actuellement vides. Il se comporte donc comme une régie immobilière en laissant effrontément des espaces d’habitations vides pendant de longues périodes, alors qu’elles devraient être utilisées. Cette politique du vide doit cesser ! D’autre part, cette stratégie visant à opposer deux catégories particulièrement précarisées – étudiant.e.s et personnes en exil – est tout particulièrement nauséabonde dans le climat politique actuel et ne fait qu’alimenter les discours xénophobes et racistes. Les autorités genevoises n’ont cessés d’offrir ces dernières années des cadeaux fiscaux aux plus riches et aux grandes entreprises – la défense par le Conseil d’Etat de la RIE III l’atteste – et tentent de diviser les plus précaires !

Enfin, la Gauche anticapitaliste dénonce la répression policière contre le collectif de la route de Malagnou. Plusieurs étudiant.e.s à l’origine d’une conférence de presse, ont subi après le départ des journalistes un contrôle d’identité et une palpation de sécurité. Il s’agit clairement de mesures d’intimidation et de fichage à leur encontre.

La Gauche anticapitaliste soutient la lutte de Malagnou et manifestera aux côtés de ses habitant.e.s et des migrant.e.s vendredi 27 janvier pour la fermeture des bunkers et pour des logements dignes.

Crédit image : malagnou.noblogs.org

Share Button

Publications similaires

Les commentaires sont fermés.

« »